RECHERCHE




files/images/Polygonelogo2017.jpg

Polygone étoilé
1 rue Massabo
13002 Marseille
polygone.etoile@wanadoo.fr
09 67 50 58 23

Plan d'accès




Sani Elhadj Magori a choisi de nous présenter deux films
Des soirées de projection conçues et animées par le groupe de spectacteurs - programmateurs réuni autour des cinémas d’Afrique subsaharienne.

Jeudi 21 novembre -19h - Polygone étoilé

Koukan kourcia, Le cri de la tourterelle de Sani Elhadj Magori (Niger, 2010, 62’)
Un long voyage du Niger à la Côte d’Ivoire, à la rencontre des Nigériens poussés à l’exil par Zabaya Hussey, jeune cantatrice adulée. Aujourd’hui, elle va vers eux avec une chanson qui leur demande de rentrer au pays. Le film soulève la question de la séparation de notre terre natale : pourquoi ces hommes sont partis de chez eux ? Et qu’est-ce qui les retient là-bas pendant tout ce temps ?


La goumbé des jeunes noceurs de jean Rouch (France, 1965, 27')
A Abidjan dans le quartier populaire de Treichville, l’association la goumbé des jeunes noceurs se réunit pour de spectaculaires exhibitions de chants et de danses modernes. Elle regroupe d’anciens villageois venus tenter leur chance en ville.


Sani El Hadj Magori
est né au Niger en 1971. Après avoir passé son diplôme d'Ingénieur d'Etat en agronomie saharienne en Algérie, il travaille comme journaliste pour différents magazines et journaux, français et nigériens. En 2008, il achève un Master 2 en réalisation documentaire de création à l'Université Gaston Berger de Saint Louis (Sénégal), avant de se lancer très activement dans la réalisation. Son deuxième documentaire, un 52 minutes traitant d'un mariage en lien étroit avec la récolte et la vente du Violet de Galmi (l'oignon nigérien), Pour le meilleur et pour l'oignon, s'est vu attribué le Prix Jean Rouch au Forum africain du film documentaire de Niamey en 2008. Notre pain capital a été réalisé peu avant cela, dans le cadre d'un atelier conjointement encadré par Ardèche Images (Africadoc), l'Université Stendhal de Grenoble et Gaston Berger. Son dernier film Koukan Kourcia a reçu le Prix de l’UEMOA, Fespaco 2011.


Entrée libre - repas proposé entre les deux films.
files/images/marseillelogo.jpg
files/images/logoCgw.jpg
files/images/logoPACAw.jpg
files/images/Mairie23w.jpg
files/images/logoFSEw.jpg
Edition | Administration | Login |Liste