RECHERCHE




files/images/Polygonelogo2017.jpg

Polygone étoilé
1 rue Massabo
13002 Marseille
polygone.etoile@wanadoo.fr
09 67 50 58 23

Plan d'accès






LES ATELIERS CINÉMATOGRAPHIQUES

| Films des ateliers Film flamme | Textes et débats sur les ateliers Film flamme |



La subtile mémoire des humains du rivage

En 1996, quand les élèves de la classe d'art plastique du collège Vieux-Port les interrogent sur leur métier, Jean-François Neplaz et Gaëlle Vu leur proposent de réaliser un film avec les outils qu'ils leurs présentent, caméra Bell Howell 16 mm et magnéto Nagra IVS.


" Territoire habité depuis fort longtemps, Marseille a fêté les 2600 ans de l’arrivée de marins grecs à l’origine de sa fondation.
Mais, 27 000 ans plus tôt, sur ce même territoire, des hommes représentaient leurs mains sur les parois d’une grotte qu'ils habitaient, à la façon d’un pochoir par projection de peinture.

Les grottes d’aujourd’hui sont devenus nos quartiers, et nous reproduisons le même geste qu’il y a 27 000 années, et nous appelons ça du cinéma. Dans cette ville, des hommes que les siècles séparent, accomplissent le même geste de se projeter sur leurs murs, de s’affirmer présents et souverains.

L’art cinématographique est né au cœur de l’industrie avec laquelle il entretient un rapport toujours conflictuel. L’industrie se replie toujours dans le conformisme et la répétition des formes, érigées en absolu, en achèvement. Nous lui opposons un cinéma vivant, inspiré du “cinéma des origines”, une renaissance, un perpétuel renouvellement des formes. Un cinéma à hauteur de l’homme. Un cinéma langage.

Nous recherchons dans cette origine ce qui est pertinent, ce qui nous importe, ce qui en exprime le premier désir de cinéma. Il n’y a pas ici de nouveauté, juste un peu de technique en plus. L'œuvre qui s’accomplit est issue d’un geste presque immédiat (et très personnel, grâce à la petite taille de la caméra Bell Howell, ou A-Minima demain) et se tourne en quelques heures au sein du quartier sans autre projet (sans scénario) que d’être là, présent à cet instant... Et regarder.

Le son, enregistré séparément (c’est à dire sur en enregistreur professionnel de type Nagra) peut l’être parfois sans autre lien que d’être enregistré le même jour, sans chercher absolument une cohérence, une correspondance ou une synchronisation. Et sans plus de projet qu’écouter.

Le son est monté (sur table de montage film en 16mm et station de montage X-Track, audio numérique, couplée) sur l’image qui reste “brut de tournage”, à la recherche d’un sens, ou simplement de “quelque chose”, nous disons : “les petits miracles”. La narration est déterminée par la matière qui a été enregistrée. Nous ne disons pas que les films sont "tournés-montés" car cette idée implique la préexistence d’une idée du montage lors du tournage. Le montage est aussi une découverte de l’instant ou on "rapporte" les sons aux images à la recherche de ce qui peut les lier.

Les narrations rassemblées sont d’abord subjectives et racontent le présent inouï d’un territoire habité. Ce sont des témoins et non des témoignages.

Œuvre collective et anonyme, "La subtile mémoire des humains du rivage" s’enrichit au fur et à mesure des réalisations."


Jean-François Neplaz / Gaëlle Vu


files/images/marseillelogo.jpg
files/images/logoCgw.jpg
files/images/logoPACAw.jpg
files/images/Mairie23w.jpg
files/images/logoFSEw.jpg
Edition | Administration | Login |Liste