RECHERCHE




files/images/Polygonelogo2017.jpg

Polygone étoilé
1 rue Massabo
13002 Marseille
polygone.etoile@wanadoo.fr
09 67 50 58 23

Plan d'accès




« Les Apatrides volontaires
...est un film en cours, en chantier.

Naître allemand et vivre en France, être allemand et un enfant de la guerre froide et des lois d’exception sont et restent un endroit qui donne une lecture du monde, un regard déchiré… L’Allemagne de l’ouest, un pays « tampon », pays rempart contre le communisme. Une poudrière.
1978, un an après la mort à la prison de Stammheim de Andéas Baader, Gudrun Ensslin, Jan-Karl Raspe et les autres de la fraction armée rouge, c’est la fuite, c’est l’exil volontaire en France. Enfant, la vision de la page du journal schématisant l’intervention du G.S.G. 9 (police Allemande d’intervention anti terroriste) à l’aéroport de Mogadiscio, reste gravé dans la mémoire.
Comment décrire quand le passé a le poids des années de plomb ?
Quelle joie ressentir quand les proches n’ont pas participé aux idéologies du National Socialisme, par conviction, sans pourtant avoir choisi le maquis ou l’exil…? Comment dire le soulagement de savoir que le grand père docteur Sievers n’est pas le médecin Sievers qui a effectué des expériences sur les détenus des camps..? Il a été envoyé par punition, de n’être pas fervent, en première ligne sur le front Russe… Médecin, parmi les éclaireurs, il est mort dans une embuscade des partisans après avoir sauvé un enfant Russe d’un accouchement difficile.
Disparu, corps et âme, au delà des lignes de front…
Peut être que le film est une manière de raconter à une mère ce que son père ne disait pas… Une remontée qui passe, du grand père au père, du fils vers la mère, un cheminement dans les méandres de ce qui est tu. Le 27 mai 1944, le raid aérien des alliés, pour couper les voie de communication entre le sud et le nord de la France en vue du débarquement, est aussi un des points remarquable qui ont vu naitre ce projet… Mais peut être que le film ne raconte pas tout ça, ne fait que chercher a raconter en juxtaposant des images et des sons, en posant les ingrédients sur la table. Il cherche à créer une émulsion, un précipité, comme si on pouvait faire cette alchimie, faire de l’or avec du charbon ».

Aaron Nikolaus Sievers

files/images/marseillelogo.jpg
files/images/logoCgw.jpg
files/images/logoPACAw.jpg
files/images/Mairie23w.jpg
files/images/logoFSEw.jpg
Edition | Administration | Login |Liste