RECHERCHE




files/images/Polygonelogo2017.jpg

Polygone étoilé
1 rue Massabo
13002 Marseille
polygone.etoile@wanadoo.fr
09 67 50 58 23

Plan d'accès




LA GANG
LA GANG - VOLET I - jeudi 11 juillet

18h30 CLANDESTINS (95') DENIS CHOUINARD (2006)
Un groupe d'immigrants illégaux tentent de quitter clandestinement la France. Avec l'aide d'un passeur, ils réussissent à se glisser dans un conteneur qui est déposé au fond de la cal d'un cargo,. Destination : le Canada. Ils sont deux homme, deux femmes et deux enfants et ils ne se connaissent pas, pas encore... Coincés dans 25m2, les jours passent, les esprits s'échauffent et les provisions s'épuisent. A l'extérieur, l'équipage veille : aucun clandestin ne sera toléré à bord. Soudain, au beau milieu de l'océan, les moteurs s'arrêtent, c'est la panne. Dans le conteneur, les clandestins n'ont qu'une issue : sortir. Malgré l'équipage...

21h30 QUICONQUE MEURT, MEURT A DOULEUR (vidéo. 90') ROBERT MORIN (1997)
Un caméraman de téléjournal sur les talons, des policiers font une descente dans une piquerie. Mais les choses tournent mal : les junkies sont armés. Dans la débandade, le caméraman et deux policiers sont pris en otage. La maison est encerclée. Durant les trente-six heures de la durée du siège, et jusqu'à épuisement de leur stock, les assiégés forceront le caméraman à enregistrer leur version de l'existence.
 
LA GANG - VOLET II - vendredi 12 juillet

19h00 LES QUATORZE DÉFINITIONS DE LA PLUIE (vidéo. 29') LOUIS BÉLANGER & DENIS CHOUINARD (1992)
Dans un village abandonné à la suite de la désaffection de la mine, deux hommes aux antécédents tumultueux refusent l’exode et se préparent à passer l’hiver en complète autarcie. Au jour 1 de leur nouvelle république, une fuite dans leur monde hermétique laisse transparaitre une menace extérieure. Persuadés qu’un fléau a investi leur bourgade-état, ils décident d’écumer le village déserté pour enrayer cette peste qu’ils imaginent les ronger.

21h00 PETIT POW! POW! NOËL (vidéo . 91') ROBERT MORIN (2005)
C'est la nuit de Noël. Caméra dans une main, seringue dans l'autre, un homme pénètre dans un centre hospitalier de longue durée pour faire le procès de son père et,  éventuellement, l'exécuter. Complications : le vieillard est autiste et le personnel infirmier, dérangeant. Décompte : le huis clos s'étire sur 24 heures. Dérive : le justicier en vient à condamner toute sa famille, lui inclus. Sans jamais cesser de filmer, pendant 24 heures, il fait à son père un procès implacable, où il accuse sa famille et lui-même. Petit Pow! Pow! Noël est un film crû, parfois insupportable. Robert Morin, toujours atypique et provocateur, se met lui-même en scène et s'acharne sur le vieil homme, qui n'est autre que son propre père vulnérable. Le mélange de fiction et de réalité crée un malaise qu'accentuent les images sombres de l'hospice.
 
LA GANG - VOLET III - dimanche 14 juillet

18h00 MA VIE C'EST POUR LE RESTANT DE MES JOURS (vidéo . 27') ROBERT MORIN & LORRAINE DUFOUR (1980)
Dans un bar de campagne se succèdent les spectacles du gogo-boy et de la strip-teaseuse. Mario, un client, décide spontanément d'intégrer son numéro de cascadeur à celui de la danseuse. L'alcool coule à flot et l'atmosphère se dégrade. Les autres clients prennent part au spectacle, qui dégénère rapidement en petite orgie. Pour Brigitte, l'amie de Mario, la scène est insupportable. Une fois le calme revenu, Mario va la rejoindre. Elle exige alors qu'il renonce à sa double arrière de rembourreur et de cascadeur, qui nuit à la bonne entente de leur couple. Mais Mario refuse de tourner le dos au destin qui l'appelle et qui lui fait clamer : «Ma vie c'est pour le restant de mes jours!»

20h00 GAZ BAR BLUES (110') LOUIS BÉLANGER (2003)
François Brochu, veuf et père de trois garçons qu'il a élevés avec amour, opère un petit débit d'essence dans un quartier populaire de Québec. Entre les vols à l'étalage, les clients qui ne remboursent pas leur crédit et les hold-up occasionnels, son commerce n'est guère prospère, mais il est le rendez-vous quotidien des vieux habitués du quartier qui viennent y passer du bon temps en compagnie du « Boss ». Des menaces plus graves encore  pèsent pourtant sur l'avenir du « Gaz Bar Champlain » : le peu d'intérêt des fils à poursuivre l'affaire, la maladie de Parkinson qui commence à ronger M. Brochu, et la concurrence des multinationales qui envahissent le quartier avec leurs stations libre-service. Plusieurs changements affectent la vie de l'humble M. Brochu, en cette année 1989; il y a le passage à l'âge adulte de ses fils et la maladie qui envahit son corps. Mais il y a aussi l'évolution de l'économie globale qui transforme son quartier et la chute du Mur de Berlin, que son fils est parti photographier, en suivant sa véritable inclinaison professionnelle. Pour son second long métrage, film d'amitié qui est un hommage à son père, Louis Bélanger s'est inspiré des souvenirs de son enfance.

files/images/2013/programmation2013/MORINCOOPflyverso.jpg

LA GANG DE LA COOP VIDÉO DE MONTRÉAL
La Coop Vidéo de Montréal, fondée en mars 1977, est un centre de production qui regroupe scénaristes, réalisateurs, producteurs et artisans. Les œuvres produites sont des œuvres d'auteur, de tous formats et de tous genres.

De 1977 à 1986, la Coop a produit des courts et moyens métrages tournés en vidéo. Puis elle a produit un premier long métrage de fiction pour les salles, « Tristesse modèle réduit », de Robert Morin, tourné en Betacam et repiqué sur pellicule 35 mm. Le film a remporté de nombreux prix.
La Coop Vidéo compte aujourd'hui à son actif plus d'une cinquantaine de productions primées dans de nombreux festivals d'ici et d'ailleurs; des documentaires et des oeuvres de fiction de cinéastes tels que : Robert Morin (Que Dieu bénisse l'Amérique, Petit Pow! Pow! Noël, Le Nèg', Quiconque meurt, meurt à douleur, Requiem pour un beau sans cœur), Louis Bélanger (Gaz Bar Blues, Post Mortem), Bernard Émond ((L'Épreuve du feu, Le Temps et le lieu), Catherine Martin (dans les villes, Mariages), André-Line Beauparlant (Panache, Le Petit Jésus, Trois princesses pour Roland), Denis Chouinard (Délivrez-moi) et Richard Jutras (Pawn Shop), tous membres de la Coop.

Après 30 ans d'existence, la Coop Vidéo de Montréal est toujours animée par les mêmes valeurs qui en font un lieu de création unique : la transparence, la solidarité, l'engagement et la cohérence.
 
ROBERT MORIN VIDÉASTE D'INTÉRIEURS ET D'URGENCE
Les films de Robert Morin, brouillent la frontière entre fiction et documentaire. Ce vidéaste québécois utilise la caméra-oeil comme une arme politique.

Pour le critique Fabrice Montale, avec ces "sauvageries combatives", Morin aborde la laideur comme une des beautés du monde. De ce point de vue, c'est aussi un plasticien. Il s'attarde aux défauts comme d'autres passeront leur vie à rechercher la perfection. Il provoque en déjouant les fondements du confort illusoire sur lesquels s'est bâtie la société industrielle. Ses "tapes" ne font aucun compromis mais sont conçues avec une recherche de sensualité véritable. Sensuelles, plutôt que consensuelles.
Cette opposition témoigne bien de l'attitude revendiquée par Morin au sein de l'écosystème du cinéma québécois. Celle du droit à l'imperfection. Non pas seulement celle de son cinéma, en termes techniques ou esthétiques, mais aussi celle qui s'opposerait à la présence de personnages trop policés. Et à cette industrie qui n'a de cesse de parvenir, Morin de dire : "Nous y étions déjà, vous ne regardez pas à la bonne place".
 
LOUIS BÉLANGER & DENIS CHOUINARD LES HOUBLONNEURS
C'est dans le cadre de ses études en communications que Louis Bélanger coréalise avec Denis Chouinard le court métrage Dogmatisme ou le songe d'Adrien (1987), qui est remarqué au festival de Montbéliard et primé au Festival International du Jeune Cinéma de Montréal.

Après leurs études, les deux camarades fondent leur propre société de production, Les Houblonneurs, avant de rejoindre Robert Morin à la Coop vidéo de Montréal en 1988. Ils y réalisent ensemble les courts métrages Le soleil et ses traces (1990) et Les 14 définitions de la pluie (1992), Bélanger s'exerçant à la caméra et à l'écriture. Bélanger collabore en outre aux scénarios des premiers longs métrages de Chouinard, Clandestins (1996) et L'ange de goudron(1999).
 
LOUIS BÉLANGER EN MÉMOIRE
En 1999, Louis Bélanger réalise Post mortem, son premier long métrage, exercice de Ç réhabilitation du quotidienne, dans lequel Gabriel Arcand joue un nécrophile amoureux d'une morte jouée par Sylvie Moreau. En 2001, il coréalise avec Isabelle Hubert le documentaire Lauzon Lauzone, sur le cinéaste disparu Jean-Claude Lauzon.

Pour son second long métrage de fiction,Gaz Bar blues (2003), Bélanger s'inspire de sa propre histoire familiale : un homme aux prises avec la maladie de Parkinson est en conflit avec ses enfants qui ne veulent pas reprendre sa station-service. Il réalise ensuite des téléfilms de commande (View of Terror, 2003, Jean's Fate, 2004) et le long métrage Le génie du crime (2006), une comédie criminelle adaptée d'une pièce de l'auteur canadien George F. Walker.
 
DENIS CHOUINARD DU MILIEU HOSTILE
Réalisateur et scénariste, Denis Chouinard est né en 1964. Amateur de cinémas nationaux, Denis Chouinard est un cinéaste engagé, préoccupé par les migrations de populations, plaidant pour une plus grande tolérance.

Auteur à vingt ans d'un documentaire sur le mouvement nazi à Montréal dans les années 30, il se fait connaître en 1997 avec son premier long métrage de fiction, Clandestins, qui raconte la traversée dramatique de l'océan par un groupe de sans papiers en quête d'asile au Canada. Son long métrage suivant, L'Ange de goudron, sorti peu avant la tragédie de septembre 2001, raconte les difficultés d'intégration vécues par une famille d'immigrants arabes à Montréal.
Dans un troisième long métrage, Délivrez-moi (2006), il présente encore un problème de tolérance, mais cette fois dans un milieu québécois : après dix ans de prison pour avoir tué son mari, une femme doit affronter un milieu hostile tout en tentant de regagner l'amour de son adolescente. Il est aussi l'auteur d'un documentaire sur le cinéaste Gilles Groulx, figure marquante du cinéma québécois, décédé prématurément en 1994.
files/images/marseillelogo.jpg
files/images/logoCgw.jpg
files/images/logoPACAw.jpg
files/images/Mairie23w.jpg
files/images/logoFSEw.jpg
Edition | Administration | Login |Liste